Depuis la mise en ligne...




Musil Tome 1 et 2
L'Homme Sans Qualités,
Tome I et II
Ed. du Seuil, 1956.












Sgraffite1
Sgraffite Bruxellois,
caractéristique du début XXème. 

























Le site a été très vite référencé ; notamment, je pense, grâce à son inscription dans des portails de passionnés de littérature - comme Zazieweb-.

Evidemment, j'ai fait des rencontres intéressantes ;  aves des coincidences, des croisements, comme je les aime.

Après quelques jours de mise en ligne, j'ai découvert par un pur hasard, qu'une jeune femme l'avait placé en lien sur son blog et sur un site littéraire, où elle a fait paraître un texte très intéressant sur Musil : Lu-Lu.

Il se trouve qu'une photo de ce blog mentionnait un des nombreux théâtres de Bruxelle que je connais bien.
D'autres croisements se sont produits entre Marseille (ma ville natale, que je n'avais pas citée jusqu'à présent) et Bruxelles
dont j'avais glissée une photo.

On m'a également conseillé de lire Philippe Jaccottet, le principal (voire unique) traducteur de Musil en français ; "poète subtil, critique littéraire et esthétique d'une exigence rare, dont les journaux, intitulés "Semaisons" rassemblent des textes qui nous aident à vivre, et à devenir un peu plus humain dans un monde qui ne l'est plus. Lecture tentaculaire aussi, de renvois en revois, océan d'intelligence et de réflexion aigue". J'espère qu'(on) me pardonnera cette citation (que je trouve fort jolie).

La même personne  évoque un livre dont j'avais eu connaissance mais que je ne me suis pas encore procuré, frustrée par avance d'avoir manqué l'exposition de 1986, au Centre Pompidou, auquel il se rapporte ;
 
"Vienne 1880-1938, l'apocalypse joyeuse",
sous la direction de JeanClair, édition du centre Pompidou
".


Comme je regrette, d'ailleurs, de pas avoir été à celle sur la Mélancolie, à Paris, en 2006. Mais c'est une autre affaire.

J'ai eu également contact avec une metteure en scène (par les voies obscures d'Internet - mais pas par le site).

Mais au fond, si je la veux vraiment cette pièce,... il faudra peut-être que je compte sur moi-même.

Beaucoup m'ont parlé du cinéma, peut-être mieux adapté encore que le théâtre,... certes,... après tout, il a mis plus de vingt ans à écrire son roman,... je peux bien essayer pendant quelques années encore.

Il faut que je parle aussi de cette rencontre un peu curieuse avec un monsieur, Belge aussi, passionné de Musil, qui voudrait justement m'entraîner dans des aventures cinématographiques. Pas d'adaptation, pas de transcription,... "détestable" selon lui, un documentaire encore moins,..., non, écrire comme Musil.
Il s'en est suivi des conversations parfois étranges.  Affaire à suivre.

Une autre personne m'a adressé une note critique intéressante,... 

Et comme beaucoup me reprochait - gentimment encore - mon anonymat ; eh, bien, il sera levé.

Nathalie David
Bruxelles, le 30 novembre 2006.


Retour PLAN